Le remboursement des chambres particulières

Pour une raison de confort ou par nécessité, on peut choisir une chambre particulière lors d’une hospitalisation. Considérée comme étant des dépenses d’hospitalisation non obligatoires, la chambre particulière n’est pas prise en charge dans les prestations de la Sécurité Sociale. Il en est de même pour les frais annexes à l’hospitalisation comme la téléphone, la télévision, les frais d’accompagnement. Avoir une chambre particulière devient plus qu’une nécessité dans certains cas. En effet, une chambre particulière procure un calme et un repos dont un malade peut avoir besoin. Selon l’établissement, le coût d’une chambre particulière peut atteindre 200 euros par jour. Proportionnel à la durée de l’hospitalisation, le prix peut être très onéreux. Mais on peut prétendre à un remboursement de la chambre en souscrivant à une mutuelle. Il est nécessaire de comparer les prestations des divers organismes d’assurance car le taux de remboursement est variable d’une mutuelle à une autre.

Vivez votre hospitalisation sereinement avec une mutuelle adaptée !


 

Qu’implique le choix d’être hospitalisé en chambre particulière ?

Chambre particulière hospitalisationSauf en cas de nécessité, indiquée par le médecin traitant, la chambre particulière n’est pas obligatoire. Mais, on choisit d’y séjourner pour de multiples raisons. Le confort est la raison majeure qui nous pousse à choisir une chambre particulière. En effet, on s’y sent plus calme et on a la possibilité d’être plus libre, quant à nos habitudes. Mais il faut savoir que le séjour en chambre particulière peut avoir des conséquences financières un peu lourdes, notamment si la durée de séjour est longue. Outre le non remboursement de la chambre en elle-même par la Sécurité Sociale, il faut noter que les médecins ont la possibilité de pratiquer des honoraires libres. Mais pour ne pas avoir de mauvaises surprises, il est prudent de prendre le temps de bien lire le contenu du formulaire d’admission pour avoir plus d’informations concernant le reste du prix que vous devez payer. On pourra aussi demander la brochure d’accueil de l’hôpital. Vous pouvez enfin calculer le montant remboursable par votre mutuelle et décider d’entrer en chambre particulière ou pas.

 

Comment bénéficier d’un remboursement ?

Une demande doit être effectuée pour bénéficier d’une chambre particulière et elle est accordée sous réserve de la disponibilité des lits. Dans certains établissements hospitaliers, on aura le droit d’obtenir d’une chambre particulière sans supplément de frais si les chambres sont libres. Pour avoir une chambre particulière, vous devez faire une spécification auprès du service des admissions ou sur la fiche d’admission. Pour pouvoir profiter d’un remboursement de la chambre particulière, l’établissement où on est hospitalisé devrait être conventionné si on envisage une prise en charge en frais réels. Cette garantie est toutefois limitée et dépend du nombre de jours d’hospitalisation. Il est à noter que très peu d’assureurs garantissent le remboursement en frais réels et s’ils le font, ils exigent un certain nombre et niveau de garanties. Dans le cas général, les mutuelles proposent un forfait pour les chambres particulières. A noter que le prix de séjour dans un établissement hospitalier varie d’une région à une autre, le forfait peut suffire pour séjourner en chambre particulière.

Comment choisir sa mutuelle ?

Il existe de nombreux prestataires proposant la complémentarité d’assurance maladie. Le choix dépend, avant tout, du type de prestations qu’on vous propose. Le remboursement des frais de séjour constitue le premier critère. Certains assureurs vous remboursent aux frais réels tandis que d’autres vous remboursent jusqu’à hauteur de 200 %. Le meilleur tarif remboursement de la chambre particulière peut aller au-delà de 50 euros par jour. Chez certains prestataires, il est limité à 10 euros s’il n’est pas du tout remboursé par les caisses de la Sécurité Sociale. Mais, le remboursement de la chambre particulière peut être soumis à certaines conditions, notamment la durée de l’hospitalisation. Peu d’assureurs accordent le remboursement au-delà de 15 jours d’hospitalisation, notamment pour les établissements hospitaliers spécialisés comme les maisons de repos ou de retraite, les hôpitaux psychiatriques. Dans tous les cas, il est mieux de prendre en considération la qualité des prestations. Certains assureurs vous demandent d’avancer le coût du séjour tandis que d’autres appliquent la prise en charge sans délai d’attente. Le choix des assureurs n’appliquant aucun délai d’attente est à conseiller.