Le remboursement d’une hospitalisation

Il faut d’abord qu’il y ait hospitalisation avant que le remboursement ait lieu. Lors de votre hospitalisation que ce soit dans une clinique conventionnée privée ou dans un hôpital public, vous devez fournir à votre assurance certaines pièces justificatives afin qu’elle puisse garantir votre prise en charge dans laquelle certains frais ne peuvent être compris. Il est donc indispensable de connaître les différents frais qui sont à la charge de votre assurance et ceux qui sont à votre charge.

Trouvez votre mutuelle hospitalisation.


 

Dans quels cas peut-on compter sur son assurance maladie ?

Généralement, la sécurité sociale prend en charge 80% de vos frais d’hospitalisation. Dans d’autres cas tels que les maladies chroniques, les maladies graves ou encore les « Affections Longues Durées », le remboursement des frais peut s’élever jusqu’à 100 %. En fonction de votre choix d’établissement hospitalier, privé ou public, les frais d’hospitalisation peuvent varier d’un tarif à un autre. Votre assurance maladie se charge de certaines de vos dépenses en se basant sur le tarif pratiqué en vigueur. Cependant, il faut bien vérifier certains frais d’hospitalisation qui ne sont pas pris en charge. En effet, la sécurité sociale ne couvre pas les dépassements d’honoraires, le ticket modérateur et les factures de confort individuel comme la télévision, le téléphone, la chambre personnelle, etc. Normalement, vous devez en être informé mais pour éviter d’éventuelles confusions, il est conseillé de demander plus d’informations à ce sujet.

Des cas exceptionnels peuvent bénéficier d’un remboursement de frais d’hospitalisation à 100 %, hormis les frais de confort individuel et le forfait hospitalier : hospitalisation de plus du 30 jours, une maladie professionnelle ou un accident du travail, une femme enceinte hospitalisée à partir de son quatrième mois et douze jours de grossesse, une « affection de longue durée », l’hospitalisation de votre nouveau-né dans les 30 jours suivant sa naissance, l’hospitalisation de votre enfant suite à des sévices sexuels, ou si vous disposez d’une pension de veuf, d’une pension d’invalidité, d’une pension vieillesse, d’une pension militaire, d’une pension de veuve invalide. En dehors des cas cités ci-dessus vous vous chargez vous-même de 20% de vos frais, et en plus, vous paierez également les factures de votre confort individuel, le ticket modérateur, les dépassements d’honoraires et le forfait journalier.

Cependant, le remboursement de ces frais peut se faire en totalité ou en partie si vous avez une « assurance santé complémentaire » ou une mutuelle, ou si vous dépendez du régime « d’Alsace- Moselle ». Il est indispensable de se renseigner sur votre contrat auprès de votre organisme. Toutefois, si vos ressources ne suffisent pas pour payer vos frais d’hospitalisation et que vous n’avez pas de complémentaire santé, vous pouvez toujours demander une prise en charge auprès de votre « Caisse d’Assurance Maladie » au titre de l’action sociale et sanitaire ou encore demander une « Couverture maladie universelle complémentaire » ou une aide médicale de l’Etat.

 

Que couvre la mutuelle santé ?

L’assurance Maladie prend en charge les 80 % de vos frais d’hôpital et votre mutuelle santé famille peut vous rembourser les 20 % restants, en plus des dépassements d’honoraires et de certains suppléments tels que les frais de séjour, ainsi que les forfaits journaliers. Ainsi, vous ne payerez que le forfait hospitalier. Ces frais seront encore plus élevés si vous êtes hospitalisé dans une clinique non conventionnée. Il est toujours nécessaire de se renseigner auprès de votre « Caisse d’Assurance Maladie » à cause des variations des tarifs pratiquées par rapport au tarif en vigueur.

Votre séjour d’hospitalisation

Que vous soyez demandeur d’emploi, salarié ou que vous bénéficiez de « la Couverture maladie universelle », pour votre admission à l’hôpital, il vous faut déclarer votre hospitalisation à votre assurance et à votre employeur en présentant des pièces justificatives. Le service d’admission enregistrera votre dossier et vous donnera un bulletin d’hospitalisation que vous devez adresser à votre employeur ou à votre agence « Assedic » ainsi qu’à votre « Caisse d’Assurance Maladie » dans les 48 heures qui suivent votre admission. Lors de votre sortie, vous devrez remettre à votre caisse d’Assurance Maladie le bon de sortie que l’hôpital vous a délivré pour permettre votre remboursement. Dans le bulletin d’hospitalisation, votre arrêt de travail est défini et de même, celui-ci y met fin également. Si cela s’avère nécessaire, le médecin hospitalier peut vous prescrire un nouvel arrêt de travail que vous remettrez à votre employeur et à votre « Caisse d’Assurance Maladie ». Se faire rembourser une Had (Hospitalisation A Domicile) est également possible, et le système de remboursement est le même. Toutefois, différentes conditions sont nécessaires afin de pouvoir appliquer le Had.

Pour en savoir plus :