Sécurité Sociale et mutuelles

Instaurée depuis 1945 après la seconde guerre mondiale, la sécurité sociale est une institution créée afin d’aider la population à faire face aux risques de tout genre et qui l’obligerait à réduire ou supprimer son budget nécessaire à ses besoins primaires. Toute la population devrait alors bénéficier d’une certaine sécurité matérielle en cas de maladie, d’accident, de maternité ou d’invalidité, que ce soit personnellement ou en étant un ayant-droit d’un bénéficiaire. La sécurité sociale, qui est obligatoire, est principalement regroupée en quatre branches, à savoir, la maladie, la famille, la vieillesse et les recouvrements.

Trouvez la mutuelle santé adaptée.


 

Le fonctionnement de la sécurité sociale

La sécurité sociale est principalement présentée sous forme d’une aide financière, régulière ou lorsque survient une anomalie dans l’existence d’une personne. A l’inscription à la sécurité sociale, il existe plusieurs régimes. Les travailleurs sont soumis à un régime particulier selon la profession. Les étudiants et les étrangers ayant un séjour à long terme sont également obligés d’avoir une sécurité sociale. Un ayant-droit est une personne affiliée à une autre personne, par exemple un parent ou le conjoint. Lorsqu’il n’est plus en âge ou si les conditions ne le permettent plus, il doit avoir sa propre sécurité sociale. Chaque adhérent doit payer une cotisation afin de pouvoir jouir des aides nécessaires. Des cas particuliers sont exonérés de cotisation, tel que les boursiers, sur justification d’une bourse régulière.

A l’adhésion, un numéro de sécurité sociale définitif est fourni avec une carte d’assuré social. Ce numéro est à indiquer à chaque transmission et la carte peut être nécessaire dans les pharmacies, lors des consultations médicales, pour les papiers administratifs nécessaires aux analyses médicales et pour toute admission hospitalière. L’aide financière se fera sous forme de remboursement après traitement du dossier, tous les justificatifs doivent alors être transmis.

Les prises en charge

Sécurité sociale et mutuelleLa sécurité sociale possède un tarif de remboursement forfaitaire concernant chaque cas. Si ce dernier a tout prévu, les répartitions sont différentes. En effet, dans le cas de la sécurité sociale maladie, les tarifs ne couvrent pas totalement les dépenses qui pourraient survenir. En général, les consultations médicales sont prises en charge à 70 % par la Sécurité sociale, tandis que les médicaments en pharmacie le sont à 65 %. Les frais d’hôpitaux et les soins hospitaliers sont assurés à 80 %. En ce qui concerne les consultations chez les spécialistes, telles que les opticiens et les dentistes, la prise en charge est faible. Il faut savoir que des conditions sont soumises à ces genres de consultation. En effet, c’est un médecin généraliste traitant qui doit diriger le patient vers un spécialiste. Cette étape est obligatoire pour que l’assuré puisse être remboursé, sauf lors de la consultation d’un gynécologue, d’un ophtalmologue, d’un psychiatre, d’un neurologue ou d’un stomatologue.

 

Le rôle de la mutuelle

En plus de la Sécurité sociale, il y a la mutuelle ou la complémentaire santé. Elle n’est pas obligatoire mais est fortement conseillée. Son rôle est de prendre en charge une partie ou toutes les dépenses non remboursées par la Sécurité sociale. Cependant, les mutuelles proposent diverses formules à échelle allant d’un minimum à un maximum, ce dernier permettant à l’assuré d’être totalement remboursé. Les choix sont variés faisant en sorte que l’intéressé ne soit pas lésé, par exemple s’il a une dentition parfaite, il n’aura pas à prendre une complémentaire prenant en charge des frais dentaires. Ce qui ne l’empêchera pas de choisir un remboursement total sur des frais ophtalmologiques si sa vision est naturellement trouble. Presque personnalisée, la mutuelle à prendre dépend alors de l’état de santé de chacun. Les remboursements peuvent aller de 100 % à 400 %, sur la base tarifaire de la Sécurité sociale. Les ayant-droits d’un assuré peuvent bénéficier de sa mutuelle, et d’un autre côté, une personne peut souscrire une mutuelle personnelle et jouir d’une autre en tant qu’ayant-droit. Dans la mesure où tout est pratiquement informatisé, les mutuelles se complètent et les remboursements ne risquent pas de dépasser le montant déboursé.

L’autre avantage de la mutuelle est le tiers payant, un système très pratique pour le patient qui n’aura pas à payer de sa poche et à attendre le remboursement. En pharmacie ou lors des consultations, il n’aura alors qu’à indiquer sa mutuelle, remplir des papiers justificatifs, bénéficier des médicaments ou soin et partir sans payer. La télétransmission est également un dispositif avantageux de la mutuelle. Le patient ne s’encombrera plus de courrier, tout se fera automatiquement. Ce sont des petits détails qui peuvent s’avérer pratiques dans la mesure où le gain de temps et d’argent est notable.

Pour les étudiants, diverses offres ne concernant pas uniquement la santé sont disponibles auprès de leur mutuelle. Cette dernière travaillant en partenariat ou en collaboration avec des assureurs en logement ou en automobile, elle peut faciliter la vie estudiantine en proposant aux étudiants un pack adapté à leurs besoins.